Pierre Loti

52 logements collectifs et 22 maisons ; Quartier Pierre Loti, Poitiers (86)

Lauréat concours 2009 - projet sans suite

Maître d’ouvrage : Logiparc

Architecte mandataire : Agence GUINEE*POTIN

Architecte associé : Agence BLOCK / BET : ISATEG + Guillaume Sevin Paysagiste

Surface SHAB : 5600m²

Coût H.T. : 7 000 000 € HT

Valorisation Haute Qualité Environnementale : Logements «BBC - Effinergie» < 50KWhep/m².an / ECS solaire / Isolation renforcée / Création d’un Eco-quartier

Contexte

 Le projet de création de 52 logements collectifs et 22 maisons individuelles (dont 9 en accession) s’implante dans le quartier Pierre Loti à Poitiers. La volonté du projet est d’inscrire les 74 logements dans un parc qui composerait la totalité de la requalification urbaine, comme un « écoquartier ». Le projet propose une identité forte par le dessin de lanières paysagères, matrices du plan urbain et par la mise en valeur de la topographie. Il s’agit dès lors de proposer aux habitants des usages influencés par cette topographie abrupte propre à la ville de Poitiers. 

Le projet propose de réintroduire des notions, comme le fait d’arpenter une ruelle, de monter un escalier, de cheminer le long d’une noue, de franchir une passerelle, de surplomber un autre lieu, pour se rendre chez soi. 

 

Conception

 
Le projet privilégie l’approche environnementale et adopte les grands principes d’une architecture bioclimatique : 
- Orientation des habitations dans un axe nord / sud
- Compacité de la volumétrie des logements, 
- Façades nord, « accès individuels », organisant les dessertes des logements, et façades sud, « solaires » s’ouvrant généreusement sur le parc, 
- Structure mixte en béton et bois
- Isolation renforcée et traitement des ponts thermiques, 
- Production d’eau chaude sanitaire par panneaux solaires, 
- Stationnement aérien et locaux vélos communs. 
Ainsi, le projet permet d’atteindre des performances thermiques du label BBC-Effinergie, avec une consommation énergétique C <50kWh EP /m2/an.
L’enveloppe proposée en ossature bois offre des variations multiples d’épidermes : bardage bois naturel en douglas classe 3 purgé d’aubier, en châtaignier classe 3 naturel sans traitement, en panneaux minéraux colorés, en bardage acier, et en terre cuite. Ce « jeu » de couleurs et de matières des façades permet un découpage vertical du bâti en séquences rythmées. Ces verticalités, successives se lient avec les lanières paysagères du parc. 

 

Usages

 
Le projet privilégie les notions d’appropriation et de résidence, par la volonté de se rapprocher d’accès individualisés pour le maximum de logements, et par des extensions privatives pour chaque logement, et en particulier pour les logements collectifs. 
Le caractère ‘ urbain’ du projet est révélé par sa densité et sa compacité. En effet, le rapport Shon/Shab de la construction est relativement élevé (0.86), ce qui signifie que les bâtiments ne disposent quasiment d’aucunes parties communes, hormis les stationnements et locaux vélos aériens. 
Toute surface construite est donc propriété de l’habitant. 

Au nord, ils sont desservis par des escaliers et des coursives privatives, désolidarisées des façades et traités en ossature indépendante, bois ou métal coursives, afin d’éviter tout pont thermique. La présence de passerelles franchissant les noues de récupération des eaux pluviales, contiguëes à l’accès des logements en rez de chaussée, permettent d’instaurer une mise à distance, et ainsi une gradation, entre le public et le privé. Celles-ci créent dès lors des seuils d’entrée, et enrichissent la nature des accès. 
Au sud, les logements sont clairement ouverts sur des terrasses ou loggias privatives ou des jardins au rez-de-chaussée, puis sur le parc. 

Les plans des petits bâtiments collectifs reprennent le principe de lanières Nord/Sud, par voile de refend béton séparatif. Le principe des logements est que les salons, séjours et cuisines bénéficient d’une orientation traversante : - Au nord, les accès, coursives, sas d’entrée, cuisine et celliers constituent un filtre thermique en éloignant la paroi la moins exposée à l’ensoleillement de l’extérieur. - Au sud, le séjour et dans certains cas les chambres, profitent de vues dégagées vers l’extérieur, protégées par des stores-bannes afin d’éviter les surchauffes et améliorer le confort visuel. 

Ainsi, les logements sont tous traversants et tous les espaces sont étudiés pour bénéficier de vues extérieures et d’éclairage naturel. 
Chaque logement est composé de deux bandes parallèles avec une séparation des espaces jour et nuit très claire : 
-une bande traversante Nord/Sud « séjour-cuisine » (partie « jour ») 
-une bande « nuit », avec les chambres orientées à l’Est et à l’Ouest. 

 

Le Parc

 
Notre volonté concernant le parc est de qualifier des séquences multiples, et de lier celles-ci à l’habitat. Il s’agit de redonner une échelle domestique à cette vaste structure paysagère grâce aux lanières qui ont chacune une "identité" propre via leur couleur, leur fonction, et leur forme : boisement, prairie rase, prairie haute, haie dense/épaisse, cheminement piéton, stationnements. 

L’aspect vallonné préexistant est accentué par la création d’un cirque végétal, en gradin paysager : en effet les déblais occasionnés lors de l’édification des logements serviront de remblais pour les modelés du parc futur et pour le comblement partiel de la cavité, qui pourra abriter un plateau sportif. 
Entre chaque forte déclivité, des murs socles en gabions de pierres de pays viendront « asseoir » le paysage et affirmer les lignes topographiques propre au site.