Val Bréon

Etude en phase esquisse pour la scénographie d'une plate-forme logistique du Val Bréon à Châtres / France ; Seine et Marnes / Aménageur : Etoile développement (Paris) / Composition de l'équipe de maîtrise d'œuvre : Block en collaboration avec Scape : architectes / Date de conception : Juin 2002 /

Contexte et projet global :

Réalisation de bâtiments logistiques et création d'un Z.A.C d'environs 147 ha située dans un " délaissé de grande ampleur " en plein cœur du paysage de la Brie. La parcelle est inclue à l'intérieur d'un grand îlot agraire bordé d'une part par d'une voie ferrée et d'autre part de la France îlienne. L'étude scénographique vise à " l'intégration " paysagère et environnementale du complexe logistique dans le paysage de la brie / Châtres 

 

Hybridation des systèmes présents :

Les parcelles de cultures intensives ; les bois ; le chemin de fer, la Nationale par des dispositifs futurs : Les bâtiments Logistiques ; le aménagement végétal ; Les voiries de désertes. Intégrer dans le projet les trames présentes dans le paysage agraires : striages. Interprétation des éléments paysagers existants: un site marqué par l'horizontal par une série de trames directionnelles. Le parcellaire agraire est compris comme mémoire du site et comme éléments fédérateur d'échelle, une seule direction (nord-sud) oriente l'implantation des éléments de projet et de traitements du sol. 

En la partie Est, d'habiter au maximum les abords de la route par une vision cinétique du site ceci par séquences verticales : distorsion d'échelle vision séquentielles et cadrages instantanées. En partie Ouest, de conserver le vide existant de façon à ménager les profondeurs et perspectives qui livrent les qualités paysagères de cette zone du site. 

 

Déterminer des systèmes " intermédiaires " d'aménagement paysager : 

Il s'agit de constituer un catalogue de mobilier qui intègre à la fois, les arbres et les signalétiques du site logistique. Les mobiliers proposés sont des éléments "dérivés" à la fois des masse végétales existantes et des panneaux de signalisation routière. Les masses végétales " en projet " sont intégrées dans ce dispositif sous la forme de " modules écrans " : ils articulent le passage du construit vers le naturel. Ces éléments sont pensés en terme de standards (déclinés 3 ou 4 éléments de tailles différentes) Ensembles ils fabriquent des densités habitables et complexes. Ces nuées d'objets ( panneaux arbres, panneaux écrans, caissons lumineux etc.) sont dispersés sur la trame directionnelle et propose une porosité visuelle du site, plus forte, rendant l'espace interne du site habitable (elle ménage l'échelle). Le complexe " mobilier - bâtiments - entités boisées " réalise une "brouillage" physique des limites ( les particules s'aimantent sur les bâtiment, s'en écartent etc.) et dilue l'architecture des bâtiments dans le site. Les bâtiments " annexes " au complexe logistique peuvent s'intégrer à travers une densification de ces particules ménageant un espace propre à être approprié par des bâtiments simples.