Vallon des Garettes - Orvault (44)

Construction de 45 logements en accession abordable et libre dans la ZAC du Vallon des Garettes

Concours 2016

Coût du projet / 3 814 650  Euros HT

Surface / 2 860m2 (sdp)

Maître d’ouvrage / Nantes Métropole Habitat

Co-traitants / D'ici là paysagistes, CAIRN Ingénierie

Effinergie+

L’impression visuelle à l’entrée de l’îlot est celle, esthétique, d’un paysage composé d’architectures intégrées à une nature à l’apparence libre : l’Ecrin. Entre la strate haute arborée, et celle du sous-bois,  le regard passe. On perçoit les fleurs et fruitiers du cœur d’îlot. Une passerelle nous invite à y pénétrer. Passé celle ci, on arrive dans ces jardins dessinés et destinés aux habitants. C’est un paysage dans le paysage. C’est le lieu de l’échange, de  la sociabilisation qui héberge les activités partagées. 

Depuis ces jardins, en périphérie, on perçoit la face intérieur de l’écrin et les pavillons d’habitation. Leur forme compacte s’intègre parfaitement à l’échelle de cette frange arborée. Ils présentent une matérialité minérale faisant référence aux architectures historique du centre d’Orvault. Le sous bassement gabion fait echo aux murs de pierres sèches clôturant les  jardins et propriétés du bourg. Les façades en briques grises rappellent celles des maisons en pierres appareillées. L’ardoise de la micro-architecture en toiture renvoi aux toitures du bourg. 
Ces architectures sont liées à la nature. Des grimpants colonisent le sous-bassement gabions.  Les jardinières prolongent les ramures des arbres, les toitures plantées de la canopée. C’est une architecture « nichoire », dont les interfaces avec la nature ne serviront pas seulement à l’agrément des usager, mais  aussi de refuge, de garde-manger pour la faune et la flore.

Lorsque l’on entre dans le logement, on arrive dans un espace d’entrée qualifié, organisant et distribuant le logement : d’un coté, généralement à l’Est se trouve l’espace nuit, au Sud ou à l’Ouest les espaces de vie. On vit ainsi avec le soleil. Dans cette entrée se trouve un placard utile pour vider ses poches, ranger son manteau... On perçoit la lumière naturelle émanant des espaces de vie, sans avoir une vue directe sur ceux ci. Depuis cette entrée, on arrive si on y est invité, dans l’espace de vie. Il est confortablement dimensionné. Il est pour tous les appartements situé en angle pour profiter d’une voire deux orientations privilégiées : Sud et (ou) Ouest. Les apports en lumières naturelles sont multipliés, ainsi que le nombre de vue sur le paysage arboré de l’écrin. Certaine fenêtres bénéficient d’une jardinière augmentant le lien au paysage extérieur et l’agrément des habitants. Cet espace de vie distribue deux autres entités : la cuisine et les espaces extérieurs. Les cuisines peuvent être ouvertes ou fermées sur l’espace de vie. Elles bénéficient d’un cellier, pouvant servir de rangement ou de buanderie. Elles ne sont jamais loin d’un accès aux espaces extérieurs favorisant ainsi l’organisation de repas ou petit déjeuner à l’extérieur. Les espaces extérieurs sont largement dimensionnés pour devenir une vraie pièce de vie. Ils sont orientés de manière optimale : Sud et (ou) Ouest . Ces espaces renvoient à l’image de cabanes dans les arbres. Ils se projettent dans la nature libre de l’écrin. On habite la forêt. Un travail fin sur les plantations, l’implantation des balcons les uns par rapports aux autres ainsi que sur la qualité des clôtures et des gardes corps assurent l’intimité de tous.

Les toitures plantées pour les logements en attique. Associées au garde corps en claustra de briques surmontés d’une jardinière, elles sont l’extension de la canopée de l’écrin. Une micro architecture en ardoise, permet d’intégrer les émergences de ventilations et d’ascenseurs, tout en proposant des espaces de rangement pour les habitants et des nichoirs pour la faune.